Philharmonie de Paris  

Votre panier

Le panier est vide.

Accueil / Page détail / Musique, sacré et profane

Musique, sacré et profane

Envoyer à un ami

Musique, sacré et profane

F. Noudelmann, O. Cullin, J.-Y. Hameline, A. Mabit ...

En ce début de siècle, on eût aimé affirmer des distinctions claires et établies entre le sacré et le profane, qui seraient fondatrices de notre démocratie et d’une certaine idée de la République. Or elles s’avouent de plus en plus fragiles. Ce que l’on a appelé l’ère du soupçon, en référence à Kierkegaard, n’a jamais diminué la vigueur du croire et surtout pas chez ce dernier. Quant à la mort de Dieu, proclamée avec Nietzsche, elle s’est fort bien accommodée d’un certain retour du religieux.
On est ainsi à nouveau pris dans l’entrelacs des deux univers, à supposer qu’on l’ait jamais quitté. Où commence, où s’arrête celui du profane et celui du sacré ? Comment s’interpénètrent-ils, voire se recouvrent-ils ? Les critères de jugement vacillent. Faut-il craindre cette situation ? Non, c’est la marche de l’esprit. Mieux vaut l’accompagner avec les valeurs prônées par les grandes religions comme par les vraies démocraties : le dialogue, la tolérance, soit l’hospitalité envers l’autre.

Du Moyen Age, époque pendant laquelle toute expérience musicale était vouée à la divinité, au XXIe siècle, où il est de bon ton de déplorer la fin du sacré, ce livre est un questionnement sur le sacré et le profane en musique. Si leurs rapports sont complexes, sont-ils pour autant conflictuels ? Les textes présentés ici poussent plutôt au dépassement des contraires et à l’abandon d’une opposition un peu convenue. S’ils témoignent de la présence et de l’influence des thèmes sacrés dans la création musicale, ils expriment aussi l’évolution des normes et du vocabulaire de la musique sacrée, ainsi que l’émergence de techniques nouvelles de composition et la force de rituels sociaux qui ont permis le rapprochement du sacré et du profane.



Le sommaire
- Profaner avec un diapason (François Noudelmann : philosophe, professeur des universités)
- La musique, le sacré et le profane au Moyen Age (Olivier Cullin : professeur de musicologie, chercheur au Centre d'études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers)
- La notion de "musique sacrée" (Jean-Yves Hameline : musicologue, professeur honoraire de l'Institut catholique de Paris)
- Visages de la foi dans l’œuvre d’Olivier Messiaen (Alain Mabit : professeur d'écriture du XXe siècle au CNSMD de Paris, organiste cotitulaire de l'abbatiale de Saint-Etienne de Caen)
- Le sacré dans l’art (Dominique Ponnau : conservateur général du patrimoine)
- L’oratorio (Stéphane Goldet : musicologue, productrice de l'émission "Sacrées Musiques" sur France Musique)
- Sacré et pouvoir sous Louis XIV (Jean-Paul Montagnier : professeur à l'université de Nancy 2)
- Inspiration sacrée, inspiration profane dans les cantates du prix de Rome au XIXe siècle (Alexandre Dratwicki : docteur en musicologie, ancien pensionnaire de la Villa Médicis)
- Le profane comme accès au sacré dans la théologie d’Abhinavagupta (David Dubois : professeur de philosophie)

Découvrez ces ouvrages réalisés autour de la programmation des saisons de la Cité en cliquant sur Collection : collection thématique en haut de cette page.

Vous avez aimé, vous aimerez aussi...